REQUIEM POUR UNE DECEPTION

Salut et fraternité,

Il est dommage de voir certaines situations. C’est le cas de l’église du bourg de Saint-Hilaire-de-Lusignan. Si on peut se féliciter du principe de la réhabilitation du patrimoine communal, le résultat de la restauration n’est pas franchement réussi. Le rejointoiement des pierres a été réalisé sans finesse et de façon incomplète pour un édifice de surcroît classé aux Monuments Historiques. L’enduit recouvre très largement les pierres sur la façade principale et des pans de murs entiers sont faits à moitié ou pas faits du tout, faisant apparaître des couleurs d’enduits très différentes et un ensemble très hétérogène dès qu’on le regarde. Pourquoi une telle réalisation, pourquoi une restauration incomplète qui gâche la beauté de notre église ? Bref une déception en toute objectivité et photos à l’appui.

  • Avant
    Avant travaux

Mais le constat ne s’arrête pas là. Chacun de nous peut voir de larges zones verdâtres et noirâtres sur plusieurs côtés de l’église, et notamment sur la façade principale et les nouveaux enduits. Dès cet été pourtant chaud et sec, les enduits refaits ont montré, de larges zones sombres, comme si l’enduit conservait déjà de l’humidité. Et les moisissures se forment dès lors que l’humidité ne peut pas s’évacuer et sécher. Ce n’est qu’une hypothèse mais elle est visible.

  • Toutes ces photos ont été prises quelques mois seulement après la fin des travaux.

Les moisissures apparaissent quand un mur ou support ne respire pas et/ou sur un support qui conserve une humidité importante. Quelle que soit la cause de ces moisissures, le problème se généralise après les travaux réalisés et est présent sur les surfaces rénovées. Si on peut se questionner sur la nature du nouvel enduit (dont il est difficile de se prononcer actuellement sur sa réelle couleur), il serait étonnant que l’entreprise ait utilisé un hydrofuge car ces produits empêchent la respiration des murs en pierre et les endommage. Leur utilisation serait contraire aux règles de l’art.

Il est à espérer que la majorité municipale aura pris les devants pour faire constater l’étendue du sinistre, et alerter l’entreprise, pourtant spécialisée dans les bâtiments patrimoniaux, avec l’Architecte de Bâtiments de France en charge du chantier. Le problème ne se réglera pas tout seul compte tenu de l’importance du bâtiment et de l’étendue des dégâts. Une solution doit être trouvée rapidement pour cet emblème de notre centre bourg historique. Ces questions seront posées lors du prochain conseil municipal.

On ne peut donc pas se réjouir de tout à n’importe quel prix, comme il est procédé par la majorité. La commune, maître d’ouvrage de l’édifice, est au courant et valide toutes les étapes du projet et du suivi de chantier. Du projet à la réalisation, jusqu’à la réception des travaux, des manquements sont à reconnaître. Le choix d’une restauration rapiécée, un projet sans doute mal évalué et suivi, un investissement au rabais donnent un résultat à la hauteur et ont gâché un des deux édifices classés de la commune. Je pense dès lors, comme beaucoup de nos concitoyens, qu’une attention particulière devra être portée au futur dossier de rénovation de l’église elle aussi classée de Lusignan-Grand. Pour le bien commun, avec une communication ouverte et une participation collective sur les dossiers qui fassent participer l’ensemble des avis et des compétences, on pourrait éviter de nouveaux désagréments. Ça changerait.

Gaëtan Vastesaeger, votre conseiller municipal

à lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.