La grande parade !

On vous recommande vivement d’écouter ce son pour lire cet article

Mais quel spectacle d’amateurs a été jouée autour du terrain de tennis municipal avant même qu’une balle ne soit tapée sur les nouveaux courts construits derrière la salle des fêtes ?

Un vrai labyrinthe de contre-vérités, révélateur des pratiques municipales et sur lequel il vaut mieux rire que pleurer. Petit rappel :

L’ASPTT Tennis vient s’installer sur la commune en lieu et place de l’ancien terrain de tennis municipal après avoir remporté le budget participatif du département (50 000 € pour la réfection de l’ancien court et la construction d’un nouveau). OK mais c’est pas si simple.

Ce projet est mis en place tout début 2020 et vient écarter une convention d’utilisation du terrain de tennis signée 4 mois plus tôt en septembre 2019 avec le TCC (Tennis Club de Colayrac). Les termes de cette convention précisaient que le terrain restait municipal et était prêté au club de Colayrac pour des utilisations occasionnelles, à charge pour le club de faire l’entretien, du nettoyage mais pas d’investissements lourds. Cette convention signée n’est plus jamais citée ensuite en 2020, je crois qu’elle a été abrogée. C’est pas fini…

En septembre 2020, l’ASPTT Tennis remporte la mise départementale. En novembre 2020, après avoir mis le conseil municipal devant le fait accompli des termes de la convention passée avec le club (cf “De la municipalité bananière“), le maire demande au conseil de voter une délibération lui donnant les pouvoirs de passer devant notaire afin de signer un bail emphytéotique de 18 ans qui scellera l’accord et l’emprise des parcelles communales par le club. Notaire, bail public officiel, géomètre, on croit avancer mais non !

5 mois plus tard, au conseil du 24 mars 2021, et alors que les travaux de l’ASPTT ont commencé, le maire demande de voter l’annulation de la précédente délibération, plus de bail, une simple convention entre parties suffit !!! 1 an de préparation quand même.. Tout ça pour ça, mais ça se complique !

À ce même conseil, j’interroge sur le devenir de la convention signée avec le TCC. Cette convention sur le court de tennis municipal était finalement toujours en vigueur début mars 2021 (de source confirmée). Le maire me répond (mais je l’avais appris 3 jours plus tôt de la même source et dans les mêmes termes) que le TCC avait réalisé récemment une inspection du terrain municipal et qu’il l’a jugé impraticable tellement il disposait de défauts (structure du sol synthétique fortement dégradée). La convention est donc caduque 18 mois après avoir été signée… Maintenant que les travaux de l’ASPTT ont commencé, ça sent l’excuse bidon mais bon, puisque personne ne conteste…Dont acte. Mais je suis sûr que vous en voulez encore ! Ok, un dernier tour de manège…

Mes impressions se confirment. Sur le Facebook officiel de l’ASPTT, on vient d’apprendre une information surprenante : « Décapage du vieux court et bonne surprise : très peu de fissures sur le court et bonne planéité des plaques ». Voilà qui met un point d’orgue de barbarie à cette saga tennistique sur la commune. Que de mauvais coups, mensonges, revirements et non dits pour en arriver là.

Car en 1 mois quel revirement, en effet ! Ce même court municipal que la majorité avait définitivement fermé à clé déjà au prétexte de son état soi-disant dégradé et dangereux. Ce même court municipal qui a été laissé à l’abandon alors qu’un simple nettoyage au karcher suffisait. Ce même court de tennis sur lequel on a empêché les saint-hilairiens gratuitement de jouer par un simple manque d’entretien municipal. Ce même court municipal dont l’état encore soi-disant dégradé a servi de prétexte pour 18 ans de privatisation, jouer au tennis à Saint-Hilaire de Lusignan sera désormais payant. Ce même court de tennis municipal dont le soi-disant état dégradé a permis à notre maire de renier son engagement avec le club de la commune voisine (et avec laquelle nous avons beaucoup de liens). Prétexte finalement bidon, le terrain est remis en ordre à très peu de frais. On pouvait vraiment faire vivre le tennis autrement sur la commune. 

Alors la raison de ce manège : je ne sais pas qui a informé des besoins de l’ASPTT et comment l’aventure du club a subitement démarré sur la commune alors que d’autres engagements étaient pris. Faisons une hypothèse : si toutes ces manœuvres étaient pour faire plaisir à la ville d’Agen qui ne savait plus que faire de son club car elle voulait récupérer les terrains sur lesquels il était installé. En tout cas, la ville d’Agen doit se féliciter de l’installation de ce club sur notre commune. Le tennis municipal en libre accès et le club de Colayrac ne pesaient rien face à cela. Voilà à quoi a sans doute servi la grande braderie municipale avec la bénédiction de la majorité.

Franchement vous voulez que je vous dise, c’est un très mauvais match amateur, je ne peux pas applaudir. Mais plus c’est mauvais, plus on rit…jaune comme une balle de tennis et bleu (couleur des nouveaux terrains) comme le mauvais espoir de s’être fait sincèrement duper. Vaut mieux ça que pleurer… 

Mais espérons au sortir de cet imbroglio que la cohabitation de voisinage des 2 clubs se passera bien (ASPTT et TCC) et qu’ils arriveront à trouver un équilibre de fonctionnement et de partage. Espérons surtout que les habitants de notre commune sauront y trouver un avantage et un intérêt. Les saint-hilairiens en seront juge.

Bienvenue à l’ASPTT et Vive le sport.

Gaëtan Vastesaeger, Votre conseiller municipal

à lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.