LE PROJET MEDIATHEQUE, tout ce qui brille n’est pas d’or.

La Lourde et Cynique Facture, Partie 2

Salut et fraternité,

«Les saint-hilairiens sont très posés et très sages» nous dit notre maire à propos des finances de nos concitoyens. En d’autres mots, tant qu’ils payent leurs impôts et leurs factures, on peut tout leur faire avaler.

Aujourd’hui le projet municipal sur lequel la majorité revendique publiquement son élection : la nouvelle Bibliothèque, Médiathèque, Tiers-lieu, Ludothèque, qui a reçu son permis de construire sur cet intitulé. Nous l’apprenons lors du conseil municipal du 24 mars avec en prime une hausse de 42 % de son coût prévisionnel de construction.

Ce coût prévisionnel du projet est passé de 414 000 € HT lors de sa présentation en novembre dernier à près de 590 000 € HT aujourd’hui.

Sans consultation et avec une pirouette ! Une simple demande budgétaire qui aurait pu passer inaperçue. Il a fallu ma demande d’éclaircissements pour avoir un minimum d’explications un peu confuses.

Le projet a évolué m’explique-t-on (une mezzanine qui agrandit la surface intérieure, du photovoltaïque en toiture, un bâtiment sur pilotis). Oui mais deux choses :

Premier point : c’est un projet que la majorité prépare depuis 7 ans. Et lors de la campagne municipale on pouvait croire que ce projet était ficelé puisque son coût (414 000 € HT) et son début de financement avaient été annoncés lors des réunions publiques.

Deuxième point : En novembre dernier, les élus de l’opposition ont été les derniers auxquels la majorité a fait la présentation du projet. Et les plans intégraient déjà ce qu’on nous présente aujourd’hui comme des modifications de dernière minute. Son coût de construction avait aussi été confirmé à 414 000 € HT lors de cette présentation !

Donc si la majorité s’est fait élire sur un projet, elle s’est aussi fait élire sur son coût. 414 000 € HT.

Donc augmentation surprise et une fois que l’appel d’offre a été lancé, comme si on voulait cacher un prix inavouable de 590 000 € HT et 42% d’augmentation sur le coût de départ.

Ce n’est qu’une estimation d’architecte. L’appel d’offre s’est terminé ce 19 avril. Nous devrions avoir des nouvelles très prochainement. Selon le calendrier de l’appel d’offres (ci-contre), les premières réunions Tout Corps d’État avec les entreprises retenues doivent commencer le 07 juin pour un début des travaux le 12 juillet 2021. Généralement, il y a encore une marge admise (+10% environ). Donc on risque de voir ce coût évoluer pour une coquille vide. 

Car que nous dit ce projet ? Un bâtiment neuf et un intitulé ronflant.

Détail :

  • Une bibliothèque : le nouveau bâtiment accueillera le transfert du fonds littéraire et documentaire de l’ancienne.
  • Une médiathèque : rien sur l’investissement numérique. Je rappelle qu’une médiathèque est un espace purement multimédia ultra connecté à l’événementiel, au culturel, au spectacle, donc possibilités de projections, de manifestations, de conférences. Tout cela nécessite une réflexion en amont puisque des espaces doivent être dédiés avec acquisition de matériels spécifiques et de services performants.Au lieu de cela, pas de réflexion, pas d’espaces identifiés (tout l’espace est ouvert, seulement séparé par des étagères), pas d’investissements prévus, rien. Un bâtiment de 160 m², accueil, locaux techniques et sanitaires compris. Avec du wi-fi, c’est tout !
  • Un Tiers-lieu nous propose-t-on dans l’intitulé : pas un espace de « co-working » comme le voudrait la dénomination. C’est confirmé par notre maire et le projet ne le permet d’ailleurs pas dans ses plans. Quelle entreprise voudrait venir travailler dans un lieu où rien n’est prévu pour cette activité ?
  • Une Ludothèque : aucun projet ni investissement actuellement.

On me dit que le projet de l’aménagement des activités va évoluer avec le temps une fois que le bâtiment sera là. OK, il y a toujours une évolution avec le temps. Mais une médiathèque ne s’improvise pas :

«Un projet de médiathèque réaffirme le rôle indispensable de la culture en matière d’éducation et de démocratie dans la cité, un projet qui développe un réel service public de la culture pour les citoyens. Une politique culturelle qui doit s’inscrire dans la modernité en relevant le défi du numérique, en s’adaptant aux pratiques culturelles actuelles et en accompagnant les dynamiques locales. Un projet qui se donne les moyens d’assurer ses missions artistiques, éducatives et sociales en tenant compte de tous les publics dans leur diversité. Un lieu de rencontres et d’expressions, un lieu d’échanges et de croisements artistiques, véritable pôle culturel, ouvert et accessible à toutes et à tous.»

Selon la majorité, la ligne directrice de ce bâtiment sera avec l’école consacrée au lien intergénérationnel. Un animateur temps plein, payé par la municipalité, sera recruté pour faire le lien entre l’école primaire et les associations seniors avec quelques tablettes en partage. Lien louable mais que proposer aux ados, aux jeunes et au reste de la population ?

7 ans de réflexion ! C’est navrant et dommage. Ç’aurait pu être un projet intéressant dans sa conception. Je ne suis jamais opposé de principe. Mais, en toute lucidité aujourd’hui, le résultat est décevant. On flambe 590 000 € HT pour une simple bibliothèque, sur un intitulé de projet qui ne correspond pas à la réalité et sans les objectifs précis qui justifieraient un tel investissement. La dénomination est trompeuse. Question de méthode et de respect de l’argent public, on peut faire beaucoup mieux.

Mais là encore la majorité a une bonne explication : le reste à charge de la commune serait, on peut espérer, entre 20 et 30% du montant global. Les fonds propres de la commune (800 000 €) permettent la réalisation de ce projet mais est-ce une justification suffisante ? Ce projet sur son intitulé est soutenu financièrement par différents fonds publics, dont l’Agglo par la dotation de solidarité aux communes. Elle est concernée, elle qui est déjà bien endettée (cf article précédent). L’augmentation de 42% du projet fera augmenter proportionnellement les aides. Ce n’est pas grave, notre maire et représentant à l’Agglo pourra toujours voter une augmentation des impôts à l’agglo tout en maintenant le taux d’imposition communal…

…Et puis 42 % d’augmentation en 2021 ça passe. On a bien eu les 38 % d’augmentation des indemnités d’élus en 2020 ! Quelle augmentation prévue en 2022 ? À suivre.

J’ai accepté la proposition de la majorité de participer à la commission d’appel d’offres. Sa convocation devrait être imminente. Espérons que cette commission fasse l’objet d’une véritable réflexion commune et ne soit pas une simple chambre d’enregistrement de décisions déjà actées. Ma participation ne change rien à mon avis sur ce projet qui devrait se faire. Elle consistera à apporter au bien commun municipal ma réflexion (parmi les autres) pour trouver la meilleure solution à la construction du bâtiment.

Voilà donc pour ce projet qui a reçu l’autorisation de s’installer en zone inondable et donc inconstructible. Espérons que ce ne sera pas un futur radeau de la méduse comme symbole d’un naufrage. Nous ne pouvons pas accueillir une caravane en zone inondable mais un bâtiment public à 590 000 € pas de problème. Du jour au lendemain, de nombreuses personnes ont vu leur terrain changer de nature avec la nouvelle cote de crue. Même en plein bourg. Sans alternative ni que la mairie ne s’en émeuve encore. Peut-on actuellement construire avec un espace de vie en hauteur, sur pilotis ou sur butte artificielle ? Apparemment non sauf pour la municipalité. Pour son projet, la municipalité a su faire exception sans doute sur un prétexte d’intérêt public (rien de nouveau, on l’a vu). Pour les particuliers, la réglementation d’urbanisme s’applique et c’est normal. Mais, du coup, ne pourrait-elle pas être la même pour tout le monde ?

Les saint-hilairiens sont des gens très posés et très sages.

Gaëtan Vastesaeger, Votre conseiller municipal

à lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.